Territoire de Djugu dans une insécurité grandissante

Depuis mi-décembre 2017, le territoire de Djugu a été plongé dans une insécurité grandissante parti de pillage des bêtes par les jeunes non identifiés venus du groupement LADDEDJO en secteur des Walendu PITSI jusqu’à attaque en groupe des villages du groupement BUKU, chefferie des  Bahema nord. Avec l’implication des autorités politico-administratives, Militaires et Policières tant locales, provinciales que Nationales, un climat de paix ou de calme a été rétabli dans les groupements en problèmes et par conséquent, sur l’ensemble du territoire.

En mi-février 2018,  le même évènement avec une grande ampleur a de nouveau repris dans les groupements précédents ; lequel évènement a entrainé de grave violentions de droits de l’homme. Entre autres de tuerie de personnes, de déplacement massif de populations, des incendies des maisons, de destruction

et pillage des biens, l’extension de la crise dans d’autres groupements et chefferies avec des effets

>Décrire la cause du conflit, les victimes civiles enregistrées en précisant le sexe

les vulnérabilités spécifiques comme femmes nfants, femmes enceintes, les affrontements en cours, l’existence des forces de sécurisation dans la zone et les possibles évolutions, identifiez les parties en conflits (100 mots maximum)

Depuis mi-décembre 2017, le territoire de Djugu a été plongé dans une insécurité grandissante parti de pillage des bêtes par les jeunes non identifiés venus du groupement LADDEDJO en secteur des Walendu PITSI jusqu’à attaque en groupe des villages du groupement BUKU, chefferie des  Bahema nord. Avec l’implication des autorités politico-administratives, Militaires et Policières tant locales, provinciales que Nationales, un climat de paix ou de calme a été rétabli dans les groupements en problèmes et par conséquent, sur l’ensemble du territoire.

Partager c'est aimer!

Vous pourriez aussi aimer

shares