À PROPOS DE

PRESENTATION GENERALE DE LA CARITAS-DEVELOPPEMENT DU DIOCESE DE BUNIA

I. DE LA CREATION ET DENOMINATION

L’ASBL Caritas-Développement du Diocèse de Bunia, CDDB en sigle et Caritas Bunia en diminutif, a vu le jour sous la dénomination des « Œuvres Sociales Diocésaines de Bunia » en vertu de l’ordonnance présidentielle n° 73-173 du 21 juillet 1973. La dénomination actuelle résulte de la modification de certains articles du statut originel, laquelle a été approuvée par l’arrêté ministériel n° 759/CAB/MIN/J&GS/2005 du 09 avril 2005.

II. DES RESPONSABLES ACTUELS DE LA CARITAS-DEVELOPPEMENT DU DIOCESE DE BUNIA

  • A la tête de l’Organisation se trouvent les personnalités ci-après :
  • Le 1er Administrateur et le Répondant Juridique : Son Excellence Monseigneur Dieudonné URINGI, Evêque du Diocèse de Bunia ;
  • Le 2ème Administrateur : le Révérend Abbé Emmanuel NDRUNDRO KODJO ;
  • Le 3ème Administrateur : le Révérend Abbé Eustache Roger TSOROVE BUNIA.
  • Au sommet de l’Exécutif se trouve un Directeur : Monseigneur Justin ZANAMUZI TINGITIABO, Vicaire Général du Diocèse de Bunia.

III. DE LA VISION, MISSION ET VALEURS DE LA CARITAS-DEVELOPPEMENT DU DIOCESE DE BUNIA

  • Vision

La Caritas-Développement du Diocèse de Bunia se veut être une organisation forte, efficace et respectée pour sa contribution à la construction, dans les Territoires d’Irumu et de Djugu (Province de l’Ituri), d’une société paisible où la dignité de la personne humaine est respectée et promue. Actuellement, la Caritas Bunia œuvre dans tous les cinq Territoires de la Province de l’Ituri.

  • Mission

La Caritas-Développement du Diocèse de Bunia cherche à contribuer à la promotion intégrale de la personne humaine conformément à l’enseignement social de l’Eglise par l’organisation et l’animation de sa pastorale sociale dans les domaines de santé, de développement socio-économique, de la solidarité communautaire, de la paix et de la justice sociale, d’assistance caritative sans distinction de race, de tribu, de sexe, de confessions religieuses et croyances, de l’âge.

  • Valeurs

La Caritas-Développement du Diocèse de Bunia prône :

    1. La Charité, qui est l’amour de Dieu et de son prochain, une des vertus chrétiennes ; c’est un acte de bonté, de générosité fait envers autrui.
    2. La Transparence, qui est la propriété de ce qui montre tout, de ce qui ne camoufle rien ; c’est la clarté, la limpidité, la netteté.
    3. La Probité, qui est une qualité morale de droiture, de bonne foi et d’honnêteté qui se manifeste par l’observation rigoureuse des règles morales et des principes de la justice. C’est la rectitude, droiture, honnêteté, incorruptibilité, intégrité, loyauté. Le contraire c’est la malhonnêteté, fourberie, duplicité.
    4. La Justice : la Caritas-Développement du Diocèse de Bunia exécute ses activités en suivant ce principe moral qui exige le respect du droit et de l’équité, impartialité.
    5. L’Efficacité : En vivant cette valeur, la Caritas-Développement du Diocèse de Bunia vise à parvenir à ses fins, à ses objectifs (ou à ceux qu’on lui a fixés). En ce sens, il lui revient de produire, à l’échéance prévue, les résultats escomptés et réaliser des objectifs fixés, objectifs qui peuvent être définis en termes de quantité, mais aussi de qualité, de rapidité, de coûts, de rentabilité, etc.
    6. L’Efficience, qui, pour la Caritas-Développement du Diocèse de Bunia, renvoie à la consommation des ressources utilisées (intrants, matière ou énergie) dans la production d’un résultat (extrant). C’est un composant important de la mesure de la performance. Elle se mesure à partir de rapports entre les résultats obtenus et les ressources utilisées. L’efficacité ne doit pas être confondue avec l’efficience qui est la capacité de parvenir à un maximum de résultats avec un minimum de ressources. Une action peut être efficace, mais pas efficiente si elle utilise des moyens disproportionnés.

La Caritas-Développement du Diocèse de Bunia se veut donc à la fois efficace et efficiente.

  • La Foi chrétienne, qui est la confiance en Dieu le Père, en Jésus-Christ et au Saint-Esprit. C’est le fondement sur lequel est basée la Caritas-Développement du Diocèse de Bunia.

IV. DE LA ZONE ET SECTEURS D’INTERVENTION DE LA CARITAS-DEVELOPPEMENT DU DIOCESE DE BUNIA

Nous intervenons essentiellement dans le Diocèse de Bunia qui couvre les Territoires administratifs d’Irumu et de Djugu, sur une superficie de 22.470 km2, dans la Province de l’Ituri. Nos secteurs d’intervention sont les suivants :

  • Le Développement (à travers le BDD : Bureau Diocésain de Développement) : élevage, agriculture, réseaux d’eau potable, menuiserie, électricité, sécurité alimentaire, amélioration de l’habitat et réhabilitation des infrastructures socio-économiques, etc.
  • L’Assistance humanitaire (à travers le BDSP : Bureau Diocésain de Solidarité et Partage) : assistance aux personnes vulnérables (parmi lesquelles les déplacés, les enfants et orphelins vulnérables – EOV, les retournés, les prisonniers,…) en biens alimentaires et non alimentaires, en abris d’urgence et gestion des sites ; l’animation de la base à la solidarité et au partage envers les plus démunis.
  • La Santé (à travers BDOM : Bureau Diocésain des Œuvres Médicales) : organisation, accompagnement administratif, technique et financier des structures sanitaires, et leur approvisionnement en intrants médicaux et non médicaux ;   participation à certains de programmes nationaux de lutte conte les endémies et pandémies. Le secteur de la santé couvre toute la Province de l’Ituri avec le programme de la lutte contre le paludisme, le VIH/SIDA et la tuberculose.
  • La Justice et Paix (à travers CDJP : Commission Diocésaine Justice et Paix) : accompagnement des communautés pour la coexistence pacifique et la réconciliation, pour leur participation à la justice socioéconomique face à l’exploitation de ressources naturelles, par la documentation, la prévention et la gestion des violations des droits humains et de la protection en général.

 V. DE NOMBRE APPROXIMATIF DES PERSONNES BENEFICIARES

Plus ou moins 2 millions de personnes bénéficient des interventions de la Caritas-Développement du Diocèse de Bunia.

VI. DES PRIORITES DE L’ORGANISATION

La situation d’insécurité qui gangrène les deux Territoires constituant le Diocèse de Bunia a plongé ce dernier dans des besoins humanitaires considérables. La Caritas-Développement du Diocèse de Bunia, qui est une des organisations permanentes dans ces deux Territoires, a recensé quelques besoins qu’elle en a fait ses priorités.

VI. 1. La Consolidation de la paix et de la justice, la prévention des conflits, la bonne gouvernance et la citoyenneté responsable qui sont des besoins permanents dans le vécu actuel. Le plaidoyer pour la justice et le développement du milieu face à la problématique de l’exploitation des ressources naturelles, de la protection de l’enfant, surtout les enfants en situation difficile, chez les filles et les femmes et de la lutte contre l’analphabétisme par l’autonomisation de la femme.

VI. 2. La Promotion de la santé :

    • La lutte contre le VIH/SIDA, la tuberculose et le paludisme ;
    • La formation et accompagnement de nos structures médicales pour la lutte contre les maladies endémiques et pandémiques avec des soins et techniques appropriés ;
    • La prévention et la prise en charge des cas de malnutrition aigüe modérée et sévère chez les enfants de moins de 5 ans, chez les femmes enceintes et allaitantes, chez les personnes vivant avec handicap et chez les malades chroniques ;
    • La construction et la réhabilitation des infrastructures sanitaires diocésaines et communautaires dont la gestion nous incombe ;
    • Le renforcement des capacités médico-techniques.

VI.3. La gestion des urgences humanitaires et la prise en charge des victimes des catastrophes, des conflits et de violences sexuelles ;

VI.4. Le renforcement de nos capacités institutionnelles ;

VI.5. Le Développement durable (la viabilisation des zones post-conflits stables ou stabilisées) à travers :

    • La construction et la réhabilitation, après leur destruction, de certaines infrastructures d’intérêt public comme les écoles, les marchés, les routes et ponts des dessertes agricoles, la microcentrale hydroélectrique ;
    • L’éducation et l’appui à la sécurité alimentaire (agriculture et élevage avec transformation de leurs produits), la protection de l’environnement, les activités génératrices des revenus avec apprentissage des métiers ;
    • L’augmentation de la quantité d’eau potable (l’amélioration de l’accès à l’eau potable) par des projets d’adduction d’eau et forage des puits.

VII. DES PARTENAIRES DE LA CARITAS-DEVELOPPEMENT DU DIOCESE DE BUNIA À CE JOUR

La Caritas Bunia travaille en partenariat avec de nombreuses organisations, aussi bien du système des Nations Unies que de coopération au développement, notamment MEMISA Belgique, TROCAIRE-Irlande, CAFOD, Caritas Congo/Gouvernement National (à travers la paie des enseignants), Fonds Social de la RDC, Fonds National des Promotion et Service Social (FNPSS), Gouvernement Provincial de l’Ituri (à travers la campagne un dollar et la campagne de don en faveur des prisonniers),  Fonds Humanitaires pour la RDC, UNHCR, OIM, PAM, UNFPA, Caritas Congo ASBL, Fonds Mondial à travers les principaux récipiendaires SANRU ASBL et CORDAID, UNICEF, Fonds de Cohérence pour la Stabilisation pour la mise en œuvre de stratégie STAREC-ISSSS dans le Sud Irumu en Ituri, IPIS, ASF.

VIII. DES RESEAUX ET GROUPES DONT L’ORGANISATION FAIT MEMBRE

 VIII.1. Organisations internationales:

    • La Confédération Internationale Caritas (Caritas Internationalis),
    • Caritas Africa.
    • La Communauté humanitaire internationale coordonnée par l’Office de Coordination des Affaires Humanitaires (OCHA).

VIII.2. Organisations nationales:

    • La CENCO
    • La Caritas Congo ASBL
    • La Commission Episcopale Justice et Paix de la CENCO
    • La Commission Episcopale des Ressources naturelles

VIII.3. Organisations locales (en synergie) :

    • Le Réseau Haki na Amani, pour le droit, la justice et la paix. Ce Réseau œuvre sur toute l’étendue de la Province de l’Ituri ;
    • Le Forum des Organisations Nationales Humanitaires de l’Ituri, FONAHI en sigle, dont la Caritas Bunia est membre fondateur et y tient le lead du secteur Abris et Articles Ménagers Essentiels ;
    • Le Cadre de Concertation sur les ressources naturelles, qui œuvre sur toute l’étendue de la Province de l’Ituri ;
    • La Société Civile de l’Ituri à travers ses différents groupes thématiques.
    • La Synergie Simama, SYSI en sigle, une association d’institutions travaillant à la réadaptation, à la réintégration à base communautaire et à la réhabilitation.
    • La Centrale d’Approvisionnement et de Distribution des Médicaments Essentiels de Bunia et des Uélés, CADIMEBU en sigle, dont la Caritas Bunia est membre cofondateur et en assure la Vice-Présidence du Conseil d’Administration.

IX. REDEVABILITE, ORIENTATIONS ET POLITIQUE DE L’ORGANISATION

La Caritas-Développement du Diocèse de Bunia a dû sa politique de gestion, dans le passé, au Conseil des Affaires Economiques et Financières du Diocèse de Bunia présidé par son Premier Administrateur et Répondant Juridique, Son Excellence Monseigneur l’Evêque du Diocèse de Bunia. Cet organe, qui jouait le rôle des organes statutaires (AG et CA), contrôlait la gestion et donnait des orientations claires à mettre en œuvre au niveau de l’exécutif. Actuellement, elle est redevable à son Assemblée Générale et à son Conseil d’Administration. Mais le Conseil Diocésain des Finances et des Affaires Economiques sera toujours informé de cette gestion.

En ce sens, la Caritas comporte trois organes pour assurer son bon fonctionnement : l’Assemblée Générale, le Conseil d’Administration et le Conseil de Gestion.