Djugu : Les Hema et les Lendu à la recherche de la paix à travers des activités culturelles

Devant une foule immense et en présence des Chefs de Chefferie des Bahema-Nord et du Secteur des Walendu Tatsi, le marché de Masumbuko, situé à plus ou moins 60 Km au Nord de la ville Bunia, en Secteur de Walendu Tatsi a accueilli ce vendredi 21 Août 2020 une grande activité de sensibilisation à la paix à travers l’organisation des danses folkloriques par la Commission Diocésaine Justice et Paix (Caritas Bunia), dans le cadre de son projet : « Wanaume na wanawake, tujenge amani na maendeleo pamoja » avec l’appui financier de l’Ambassade de la Suède et Trocaire ; sous le haut patronage des Chefs de Chefferie des Bahema Nord et son homologue du Secteur des Walendu Tatsi

Venus de différents villages Hema et Lendu, les participants ont exprimé leurs joies en chantant et en dansant pour le retour de la paix tout en remerciant les autorités politico-administratives, à leur tête le Chef de l’Etat, ensuite le Gouverneur de la Province de l’Ituri et son Adjoint, ainsi que tous les membres du Gouvernement provincial de l’Ituri pour les efforts combien louables qu’ils sont en train de fournir pour que la paix revienne dans le Territoire de Djugu. Signalons également que cette activité a connu la participation de la chorale militaire de l’Aumônerie protestante de 3308ème Régiment qui a appelé les deux communautés à privilégier la paix en toute sincérité et sans complaisance.

Dans cet ordre d’idée, l’activité a commencé par la prière suivie d’une courte méditation dirigée par le Lieutenant-Colonel KABUYA, Commandant S2 de ce Régiment.

A la fin de la cérémonie, les deux Chefs présents sur le lieu ont eu le temps pour adresser leur message de la paix et de la coexistence pacifique à foule venue pour la circonstance. Du côté de Bahema-Nord, le Chef Willy Pilo Mulindro a fait comprendre aux membres de deux communautés présents sur le lieu qu’il était temps de faire la paix parce que dans n’importe quels siècles, les Hema et les Lendu vivront toujours ensembles et seront toujours obligés de s’entendre malgré leurs différends.

Pour le Chef de Bahema-Nord, le moment est donc venu non pas pour s’accuser, mais plutôt pour se demander mutuellement pardon. C’est dans ce sens qu’au nom de tous les Hema, il a tenu à demander pardon aux Lendu pour tous préjudices subis tout en implorant les Lendu à faire de même. L’on ne tolèrera plus que le sang d’un Hema soit versé sur le sol Lendu et vice-versa, a-t-il dit.

Intervenant dans le même sens, le Chef Joël Mande Lonema a appelé ses frères en cavale à rejoindre le processus de la pacification. La paix, l’a-t-il souligné, est la clé pour tout développement. Le Chef de Walendu Tatsi a ensuite appelé les Hema et les Lendu à la clairvoyance afin d’échapper aux pièges des CODECO en cravate. Pour ce digne fils du Secteur de Walendu Tatsi, les deux communautés doivent alors ouvrir les yeux pour voir clair et résister aux ennemis qui amènent l’esprit divisionniste parmi la population.

Juste avant que ce dernier ne finisse son message, munis de trois armes AKA 47 et d’une machette, onze éléments de la CODECO ayant déjà consenti au processus de paix mais vivant encore dans la brousse se sont subitement joints à la fête. L’un d’entre eux prenant la parole a tenu à saluer la foule mais particulièrement les Hema.

Ces éléments de CODECO se sont actuellement donnés la mission de sensibiliser à travers tout Djugu leurs frères qui n’ont jusque-là pas encore adhérer au processus de paix.

Signalons que c’est depuis quelques années que Caritas Bunia participe activement dans la résolution pacifique de conflits à travers l’organisation de différentes activités en Territoire de Djugu. Les agents commis à ce travail parcourent parfois des endroits à haut risque pour le bien de la paix. A l’instar de toutes ces personnes et comme les Chefs de deux communautés l’ont souligné dans leur adresse, il est mieux que les enfants de l’Ituri comprennent que la Province a besoin d’une vraie paix.

La vidéo de l’activité est à retrouver dans quelques jours.